AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Après la pluie

Aller en bas 
AuteurMessage
Diabolo
Knight of Zero
Knight of Zero
Diabolo

Masculin
Nombre de messages : 21919
Age : 25
Localisation : Nabata
Date d'inscription : 12/04/2006

Feuille de personnage
Rang: S+ comme SSSTYLISH !
Camps: Patates Roses
Mordz: Beaucoup. (oupas)

Après la pluie Empty
MessageSujet: Après la pluie   Après la pluie Icon_minitime21.09.17 15:21

Après la pluie

Chapitre 1 : Bruine




Il se tenait non loin de la gamine, tous deux assis sur les marches de la maison. La gamine riait aux éclats aux grimaces de l’homme. Pourtant, par le passé, elle avait hurlé, pleuré, craché sa haine. Elle avait eu de la chance, elle avait fait beaucoup d’efforts. Son bonheur était mérité. Il lui tenait doucement la main ; mais un bruit soudain venant de l’intérieur de la maison l’inquiéta, alors il se retourna en sursautant. Mais de maison, il n’y en avait plus. Elle avait disparu. La fille ! Est-ce qu’elle va bien ? Il lui tenait toujours la main. Mais n’est-elle pas bien fine ? Il reporta son regard sur elle.

Un squelette. Il regarda la main qu’il serrait. Des os. Ils commencèrent à tomber en poussière, la fille n’était plus. L’homme se leva, paniqué. Si la gamine était partie, qu’en était-il d’elle ? Alors, il courut. Il courait. Il courait sans s’arrêter. Autour de lui, rien. Même un paysage désertique aurait été plus rempli. N’avait-il pas été désertique par le passé ? Et pourtant, le sable infini du désert lui paraissait infiniment plus réconfortant que ce vide absolu, d’une couleur indéfinissable. Etait-ce clair, sombre, blanc, noir ? Le seul point de repère, la maison, avait disparu, avec la fille. Il regarda autour de lui, égaré. Où était-elle ?

Devant lui. La femme aux cheveux blancs. La femme, ou la jeune fille ? Jeune femme ? Il ne savait plus trop. Elle paraissait si proche, et pourtant si loin. Il lui tendit la main, elle lui tendit la sienne en souriant. Mais avant que leurs doigts ne puissent se toucher, une bourrasque de vent violente le jeta au sol. Du vent, ici ? Dans cet univers vide ? Il releva les yeux. De la fille, il ne restait que des particules flottantes autour de lui. Le vent l’avait brisée en mille morceaux. Il lui semblait que les morceaux n’étaient toutefois pas similaire à du verre cassé, mais bien à de la chair découpée, déchirée. Il lui semblait même que de ces bouts épars suintaient du sang. Une gouttelette rouge lui percuta le visage.



Il se réveilla en sursaut. Décidément, les nuits courtes et l’abus d’alcool ne faisaient pas bon ménage. Il s’était encore endormi au bar. Il vérifia les poches de sa cape élimée : non, personne ne l’avait volé. Tant mieux, sinon il aurait encore dû se battre. Son sommeil était rarement lourd, mais justement, l’alcool avait tendance à lui embrumer l’esprit, qu’il fusse endormi ou éveillé. Les gens le scrutaient étrangement, finit-il par réaliser. Quoi, tout simplement parce qu’il avait piqué un somme ? Ce n’était pas comme s’il était le seul poivrot qui eût tendance à s’endormir. Etait-ce alors parce qu’il était –toujours– seul à sa table ? Peut-être, mais personne ne l’avait autant dévisagé avant qu’il ne s’endorme, si ?

C’était probablement à cause du hurlement qu’il avait poussé en se réveillant. Un cri indescriptible, micmac émotionnel teinté de tant de sentiments : colère, désespoir, déception, haine, mélancolie, et qui sait quoi d’autre encore. Il en avait marre de faire ce rêve en permanence, cela faisait longtemps qu’elles étaient mortes, pas la peine de déterrer des cadavres. Oui, cela faisait bien longtemps. Combien d’années, tiens ? Ou bien étaient-ce des décennies ? Il avait cessé de compter les ans dès lors que tout avait cessé de compter pour lui. Pourquoi était-il en vie, alors ? Quel intérêt à mourir, en contrepartie ? Tout cela n’était probablement qu’un statu quo. Se jeter volontairement à la mort serait déshonorable, mais tenter de redonner un sens à sa vie serait fatigant et probablement sans intérêt. Alors, que faire dans l’immédiat ?

Il frappa la table de sa chope, cela eût pour effet à la fois de faire détourner le regard aux curieux et d’attirer l’attention du serveur. Ce dernier prit sa commande d’un verre d’eau glacé : cela ferait du bien après la fatigue induite par l’alcool. En attendant son verre, le dormeur malgré lui commença à inspecter la salle à son tour, pour s’occuper. Les regards devinrent par conséquent fuyants, presque honteux. Des gens discutaient, d’autres jouaient aux cartes, d’autres effectivement dormaient ou somnolaient, non sans rappeler notre protagoniste. Il était néanmoins clair que ce bar était un sacré bouge, même pour Fenringrad, la banlieue souterraine de Minas Twulipine.

De toute évidence, lorsque le niveau de vie avait chuté à Minas, Fenringrad était tombée encore plus bas. Originellement de véritables brigands, la population des environs n’était plus que des pauvres gens plus ou moins honnêtes ; ou des voyous de guère de valeur, des petites frappes. Toujours était-il que c’est bien ici qu’il y avait le plus d’agitation, et donc le plus de travail. Encore que Minas n’ait pas été plus en reste, à ce moment. Même la « surface » se faisait de plus en plus hostile. Cela était dû sans aucun doute à la chute de la lignée royale Eäruthiel.

Des prétendants s’étaient bien présentés, certains avaient même eu du succès – s’il leur arrivait de ne pas se faire détrôner par d’autres gens tout aussi ambitieux. Les très rares gens qui avaient une vraie âme de monarque se faisaient irrémédiablement « renvoyer » par Lui. Ou bien est-ce elle ? Le trône Twulipien avait été clairement aussi convoité que la place des Dieux après la seconde Catastrophe, et l’on n’était même pas sûr de l’identité de la personne –si c’était bien une personne– qui avait accédé au trône suprême de dieu. Ce nouveau dieu faisait vraisemblablement un bien piètre travail, et notre inconnu solitaire se trouvait conforté dans cette pensée dans le fait qu’à chaque fois qu’il « blasphémait », rien de particulier ne lui arrivait. Dans les faits, il aurait dû mourir à la moindre pensée négative concernant la divinité actuelle. Dieu ne semblait pas si omniscient que ça. Les planètes régulièrement détruites, les trous noirs qui apparaissaient sans raison dans des zones habitées, les monstres qui se multipliaient tant en nombre qu’en taille… Etait-ce la volonté de Dieu, ou bien une preuve de son incompétence ? Nul ne saurait le dire. Peut-être même pas l’intéressé.



Alors que le penseur se rappela soudain qu’il avait commandé un verre d’eau, la porte d’entrée du bar s’ouvrit avec fracas. Il détourna à peine les yeux pour regarder dans cette direction, il ne prit même pas la peine de tourner la tête. Trois hommes, armés ; il ne savait que trop bien où cela allait mener. « Hold-up, les bouseux ! Tout le monde les mains en l’air ! » s’exclama le premier gorille, suivi du deuxième qui aboya : « Aboule ton fric, barman ! » Le troisième se contentait de pointer son flingue vers le moindre client qui aurait l’audace de ne bouger ne serait-ce qu’un cil. « Ce… ce bar est sous la protection de Tyr le Borgne ! » bafouilla le barman, ce à quoi l’un des gars lui répondit après un éclat de rire : « Tyr le Borgne ? Il a perdu l’autre œil et la vie la semaine dernière ! Faut s’mettre à jour ! » Le barman blêmit, mais ne bougea pas. Plutôt que de réitérer leurs demandes, les voyous se contentèrent de pointer leurs armes sur le barman, mais ce dernier était immobile, tétanisé.

Le silence durait de façon inconfortable.

Une voix rompit le silence, à la surprise de tous, sauf de l’orateur : « Alors, il vient, ce verre d’eau ? » Le premier à avoir parlé, a priori le leader, se retourna vers l’homme à la cape, arme en avant, se rapprochant dangereusement. « Au vu de la situation, tout ce qui t’inquiète, c’est ton verre d’eau ? Tu es vraiment un abruti !
–Et toi, qu’est-ce qui t’inquiète ?
–La balle que tu vas te prendre dans la tête ! » cria le leader, hors de lui devant un calme aussi inhumain. Un coup de feu retentit, la salle entière retint son souffle, et un homme s’effondra. « Mauvaise réponse. Ce qui devrait t’inquiéter, c’est : Vais-je survivre à ce braquage à la pisse, moi et mes potes. » Les deux autres gorilles ne reconnurent pas la voix de leur patron. Il gisait par terre,  se tordant de douleur, tout l’abdomen suintant de sang, trempant son haut déchiré là où les plombs avaient pénétré son ventre. Ils ne réagirent pas assez vite. La tête de l’un fit un bruit immonde tandis que les plombs sortant du canon du revolver surdimensionné de l’homme encapé lui fracassèrent le crâne. Son doigt pressa instinctivement la détente de son arme, et les balles se logèrent par dizaines dans le mur, blessant quelques badauds.

Le dernier rescapé se jeta derrière le comptoir, et tira le barman par la cheville, le prenant en otage. « Tu m’laisses partir, ou je le bute ! » Le barman commençait déjà à sangloter, à prier pour sa vie, mais aucune réponse de l’un comme de l’autre.  Le silence interminable précédemment ressenti se réitéra, à la différence près que cette fois-ci, quelqu’un allait mourir. Son adversaire n’avait pas bougé, d’après le voyou : il n’avait pas entendu un seul bruit. Lui non plus, d’ailleurs, n’avait pas quitté sa couverture. Que faire désormais ? Tirer à l’aveuglette par-dessus le comptoir ? Il n’y avait rien de mieux à faire.

Alors une explosion retentit, et il vomit du sang. Il baissa les yeux sur ton torse : un énorme trou s’y trouvait. La balle de calibre 12 avait traversé indifféremment le comptoir et ses entrailles. L’homme à la cape remit sa carabine dans son dos, l’homme était mort. Il ne restait que le chef, qui se vidait de son sang sur le sol, pâlot : « Connard… De quoi tu t’es mêlé… Tu sais pas dans quoi tu t’embarques…
–Tu as juste pas eu de chance. J’étais là. Tu serais arrivé 15 minutes plus tôt, j’aurais été endormi. Les petits aléas de la vie.
–Tu fais bien le malin… Chancelier sans Empire… » Et alors qu’il prononça ses mots, l’homme encapé vida le barillet de son revolver dans le visage du désormais défunt. Certains clients vomirent devant cette bouillie de chair, d’os, de sang et de cervelle. Diabolo se retourna alors vers le barman, émergeant peureusement de derrière son comptoir :
« Combien pour vous avoir sauvé les miches ? Et j’ose espérer que mes consommations sont offertes, hm ? »

_________________
Spoiler:
 

Section d'Elite (lvl 2) Après la pluie 1391043061-section-d-elite
Spoiler:
 


Dernière édition par Diabolo le 14.06.19 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pogoléon
Clovis, Roy Chevelu
Clovis, Roy Chevelu
pogoléon

Féminin
Nombre de messages : 5110
Age : 20
Localisation : Juste derrière twa.
Date d'inscription : 27/06/2011

Feuille de personnage
Rang: S+ petite-échelle
Camps: Twulipiens
Mordz:

Après la pluie Empty
MessageSujet: Re: Après la pluie   Après la pluie Icon_minitime21.09.17 18:42

C' est pas joyeux.
Mais c'est bien. C' est Saya et Amber au début ?

On dirait que ça se passe entre le présent et Future Warz. Si c' est le cas, c' est vrai que c' est une période qui mériterait qu' on s' y intéresse d' avantage. Because \'SISI\'

_________________
Megabug

*Fait bugguer ton ordi et s' en va*

Ceci est une ralonge de post, pas une signature.

{Good Rookie} (MM3)
{Le Boucher de Yërral} (Un Nouvel Ordre)
Après la pluie Heart-afd238b131Après la pluie Nemo_iii-4adc31c626Après la pluie Tropheee_adaptoide_vert-d61e777416Après la pluie Tropheee_finishator-6d47f2bc32Après la pluie Tropheee_anemopogo-014427aa67Après la pluie 1391043072-mage-blancPAR YUO UN MAGE BLANC (LVL 2) §§§§§
Skulvania:
 
LPO:
 
Revenir en haut Aller en bas
Diabolo
Knight of Zero
Knight of Zero
Diabolo

Masculin
Nombre de messages : 21919
Age : 25
Localisation : Nabata
Date d'inscription : 12/04/2006

Feuille de personnage
Rang: S+ comme SSSTYLISH !
Camps: Patates Roses
Mordz: Beaucoup. (oupas)

Après la pluie Empty
MessageSujet: Re: Après la pluie   Après la pluie Icon_minitime21.09.17 23:27

Saya et Amber, ouaip.

Ca se passe dans le futur où Johann et/ou les Outcasts et/ou Beryl l'emportent (d'où le fait que Diabolo soit vague quant à Dieu. De toutes façons, cela ne ferait pas de grande différence). Du même coup, Saya et Amber meurent (catalyseuses). Y a aussi d'autres petits détails, soit j'y viendrai plus tard dans un autre petit essai, soit je le dirai clairement x)

_________________
Spoiler:
 

Section d'Elite (lvl 2) Après la pluie 1391043061-section-d-elite
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Diabolo
Knight of Zero
Knight of Zero
Diabolo

Masculin
Nombre de messages : 21919
Age : 25
Localisation : Nabata
Date d'inscription : 12/04/2006

Feuille de personnage
Rang: S+ comme SSSTYLISH !
Camps: Patates Roses
Mordz: Beaucoup. (oupas)

Après la pluie Empty
MessageSujet: Re: Après la pluie   Après la pluie Icon_minitime14.06.19 16:05

Chapitre 2 : Nuages


Diabolo ressortit du bar, du sang sur les bottes. Il avait gagné sa journée en choisissant ce bar en particulier... En même temps, il suffisait d'être bien renseigné : Tyr le Borgne était effectivement mort la semaine précédente, et donc les commerces où il extorquait du fric allaient être attaquées, sans aucun doute. La nature n'aime pas le vide. Le renseignement lui avait coûté, mais cela lui avait permis de passer une bonne semaine à ensanglanter des bars et à rançonner les propriétaires lui-même. Il pourrait manger cette semaine.

Il marchait sans but précis. Malgré la sieste dans le bar, il se sentait fatigué, mais d'humeur à déambuler dans la ville. Fenringrad était aussi laide qu'à son habitude, emplie de malheur et de rêves brisés. Si le trône Twulipien était vide, c'était pour une raison particulière : l'arrivée des Nouveaux Dieux avait généré une telle fin du monde qu'un culte se mit en place en leur honneur. Les petites gens, terrifiées par les fanatiques et leur violence, se soumirent ; et finalement cette théocratie anarchique où personne ne sait réellement qui est au sommet de la chaîne -sinon les Dieux- se mit en place. Seuls les hommes d’église et affiliés étaient assez respectés, et il semblerait que chaque paroisse soit dirigée à sa façon. Le Royaume Twulipien n'était désormais plus qu'une multitude de cités-états désorganisées - pour ne pas dire quartiers-états ou hameaux-états. Cela ressemblait à une guerre de gangs perpétuelle, où factions religieuses ou non combattaient pour obtenir l'influence tant désirée, et c'est pour ça que Diabolo se contentait d'être mercenaire et de servir le plus offrant. Aussi stupide que cela puisse paraître, un membre de la Guilde Neutre sans foi ni loi avait plus de chances de vivre vieux que quiconque qui eût tenté d'avoir une cause.

Suite du chapitre plus tard...

_________________
Spoiler:
 

Section d'Elite (lvl 2) Après la pluie 1391043061-section-d-elite
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal
Hannibal Khan
Hannibal Khan
Hannibal

Nombre de messages : 6257
Date d'inscription : 24/11/2006

Feuille de personnage
Rang: D
Camps: Patates Roses
Mordz: 7700

Après la pluie Empty
MessageSujet: Re: Après la pluie   Après la pluie Icon_minitime16.06.19 22:57

Donc en gros, pour survivre, Diabolo est amené à faire du racket à la place des bandits qu'il tue? Intéressant!

Et je présume que ceux qui ont une cause plus nobles se font foudroyer par les Nouveaux Dieux?

_________________
Titres favoris: {Le leader spirituel}, {L'acharné} et {Démon démonicide}

Titres bonus: Mister Relou, Mister Bourrin et {Tueur de Boss}

Après la pluie 1391043064-gangsta
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Après la pluie Empty
MessageSujet: Re: Après la pluie   Après la pluie Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la pluie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Patate Warz: LE FORUM :: Le Refuge des Féculents :: Coin des Fans :: Fics PW-
Sauter vers: